Deux roues

La moto, le scooter

Après vingt ans de conduite en 125, j’ai décidé tardivement de passer à une cylindrée supérieure.

C’est en passant mes vacances près de Montbrison que j’ai vu passer d’innombrables motos (HD) qui allaient à la concentration FreeWheels de Cunhlat (63).

Ce fut le déclic !

Aussitôt rentré de vacances, aussitôt fait le permis.

Le deux roues (motorisé) est mon véhicule principal: je m’en sers quotidiennement pour aller au bureau et le week-end pour me balader. S’ajoutent les vacances, les concentrations diverses et me voilà propulsé dans la catégorie gros rouleur avec >30’000 km/an.

Il n’y a guère que le très mauvais temps qui puisse m’arrêter. Ma moitié a très vite pris goût à la moto et prend plaisir à s’asseoir sur la place qui lui est réservée. Je me suis équipé de l’outillage qui me permet de faire tous les entretiens et réparations de mes véhicules. J’adore faire ça et malgré les limites de mon équipement cela me permet de faire de substantielles économies. Mon site est avant tout fait pour donner envie et l’impulsion aux personnes qui sont sur le point de procéder à la maintenance de leur moto dans l’esprit “Dis moi comment tu fais…”

Quelques photographies prises ça et là agrémentent un peu les pages principales qui sont axées sur la technique.

15 octobre 1995

J’ai mis un temps fou à choisir la première moto de grosse cylindrée. Après de nombreuses 125 et quelques dizaines de milliers de kilomètres à leur guidon, ce fut une Yamaha Virago 1100 qui m’a attirée. Ma première grosse moto juste après le permis.

Mais la protection insuffisante et le large réservoir écartant mes genoux avec la pression du vent m’ont rapidement fait rechercher une remplaçante. Malgré tout, elle m’a laissé un bon souvenir de custom/routière bien équilibrée.

5 mars 1997

j’ai  remplacé la Virago par la TDM 850 car un peu de protection est nécessaire. Comme je suis assez grand je cherchais aussi à pouvoir rouler les jambes pas trop pliées.
Les pièces détachées de Yamaha sont à un prix convenable et leur livraison dans des délais raisonnables voir rapides. L’usure des pièces est normale et la tenue dans le temps tout à fait correcte. Je l’ai quittée après plus de 140’000KM.

1er mars 2003.

Une BMW R1150GS noire et rouge est dans mon garage. Elle a plus de pêche que la TDM mais elle est surtout plus confortable pour les longs voyages à deux. Affaire à suivre…
J’ai eu mon lot de gamelles: la plus grave a eu lieu alors que j’avais vendu ma Virago en attendant la TDM. J’ai alors emprunté le scooter 49cc de mon fils… comme quoi pas besoin de puissance pour se faire mal.

20 septembre 2012

Ça fait très longtemps maintenant que je roule quotidiennement avec la GS. Et après trois cent mille kilomètres passé sur sa selle j’ai envie de changer de monture. Une machine automatique, assez puissante pour faire de la route et maniable en ville sont les critères qui m’ont guidé vers le scooter BMW C650GT.

25 mars 2015

La moto me manque bien que le scooter ait rempli ses fonctions durant cinquante mille kilomètres. Il me faut de la bagagerie, de la protection, suffisamment de puissance mais une moto qui permette de garder mes points sans m’ennuyer sur la route. Le choix fut difficile mais j’ai craqué sur la Victory Cross Country Tour rouge.

Allez, à bientôt sur les routes!