Crevaison

Réparation d’une crevaison

La panne

La panne survient inopinément, toujours au mauvais moment.
Or on ne sait jamais comment faire puisque ça ne nous est jamais arrivé.
C’est lors d’un contrôle hebdomadaire de ma moto que j’ai remarqué la pression insuffisante du pneu arrière -env. 1.6 bar-. J’ai donc recherché l’origine de la fuite.

Plutôt que d’aller faire réparer le pneu chez le concessionnaire je profite de l’occasion pour montrer la façon de procéder avec le kit de réparation du bord livré avec la moto (r1150GS), comme si cela était arrivé sur la route.


Un clou a pris place dans un des pavés. Le pneu est presque neuf et cela m’embêterais d’être obligé de le remplacer.
Une réparation chez le concessionnaire est envisageable par la pose d’un “champignon” posé par l’intérieur du pneu. Mais le démontage est obligatoire.
Or dans ce cas précis je fais comme si j’étais seul dans la cambrousse…

Le kit

Le kit de réparation se trouve sous la selle arrière.

– trois chevilles de réparation en caoutchouc
– l’outil multi usage : perforeuse / râpe / passe-cheville
– trois cartouches de CO2
– la tresse en plastic bleu permet de protéger les doigts du froid lors du gonflage avec les cartouches de gaz.
– dans la petite boîte: la colle, un embout de gonflage pour les cartouches, un couteau pour couper la cheville et un manuel d’utilisation (écrit tout petit)

La préparation

La préparation du plan de travail est simple: vérifier le contenu du kit , nettoyer le pneu.

Il ne faut pas paniquer. Il n’est pas nécessaire d’aller vite.
La réparation demande un peu de temps, environ 1/4 d’heure, mais est à la portée de tous dès lors que l’on a compris la façon de procéder.
Il est donc essentiel de comprendre la marche à suivre.
Un explicatif est livré dans la petite boîte bleue du kit mais dans le stress de la panne s’ajoute la lecture d’un mode d’emploi écrit trop petit et en plusieurs langues. On a l’impression de ne pas trouver le texte de sa propre langue écrit dans ce document, mais il y est.

La réparation

1) Nettoyer le pneu et repérer l’intrus qui a causé la crevaison. L’enlever.


Pour enlever le clou j’ai pris une pince mais on y arrive avec un couteau ou un tournevis.

2) Mettre l’embout de gonflage en place. Le côté libre (un peu plus long) contient une pointe pour perforer la cartouche qui sera serrée là.

3) Préparer le logement pour recevoir la cheville


Il faut enfoncer l’outil. L’opération demande de la force car l’outil est assez gros. On sent par ailleurs que l’on perfore la carcasse.


Il faut râper, tourner, râper jusqu’à ce que l’outil circule librement. Cela dure de trois à cinq à minutes.


Je fignole avec des aller-retour rapides pour chauffer le pneu à cet endroit.


Le trou est prêt à recevoir la cheville

4) Introduire la cheville


Il faut placer la cheville sur le passe-cheville en tirant sur celle-ci. Elle s’amincira pour glisser dans son emplacement comme sur la photo.


Enduire la cheville en mettant un maximum de colle à l’avant et sur les côtés.


Pousser l’outil pour introduire la cheville dans le trou.
La force à employer est  très importante car la cheville est très grosse par rapport au petit trou que l’on a précédemment agrandi un peu.
L’outil va s’enfoncer jusqu’à la poignée.


Retirer le passe-cheville lentement en tirant tout droit.

5) Finition

La cheville étant assez longue celle-ci dépassera de plus d’un centimètre du pneu. L’excédent va être coupé avec l’outil livré dans la petite boîte.


Couper l’excédent de cheville.


Le moignon restant sera détruit au roulage.

6) Gonflage

En premier lieu mettre la tresse sur la cartouche de gaz. Elle protégera les doigts du froid intense généré lors de l’expulsion du gaz dans le pneu.


Le gaz s’échappe dès lors que la cartouche est suffisamment serrée.
Il faut consommer les trois cartouches de gaz (ne pas oublier de transposer à chaque fois la tresse bleue de protection).

Les pressions mesurées sont:

1ere cartouche 0,4 bar
2eme cartouche 0,8 bar
3eme cartouche 1,2 bar

Comme on peut le voir la pression est insuffisante mais permet de rouler jusqu’au prochain garage pour un gonflage normal (2.5 à 2.9 bar)

Conclusion

La réparation est terminée et est plus simple qu’il n’y paraît.

Attention il y a des restrictions notées sur le kit:
– remplacer le gaz de remplissage par de l’air comprimé dès que possible
– pas plus de 60km/h
– remplacer le pneu dès que possible (pas plus de 400KM)

Dernière modification: 21 novembre 2009