Sécurité

La sécurité à moto

Généralité

La sécurité du motard est primordiale.
Le gros rouleur aura tendance à être sensible à sa sécurité et en tiendra compte pour son loisir favori.
Le pistard devra obligatoirement s’équiper s’il veux gouter aux joies de la course.
Dans tous les cas la sécurité est avant tout une façon de se comporter dans la circulation en prenant compte d’un grand nombre de facteurs qui sont entre autres: le respect du code de la route, les autres usagers, les infrastructures, la route, la moto, l’équipement, sa santé, l’état de la moto…

La sécurité est un ensemble (comportement humain, infrastructure, moyens de protection, état du véhicule, respect des règles de circulation etc.) qui permet de circuler au mieux dans un environnement à risques.
Faire très attention ne suffit pas toujours à éviter l’accident.
J’ai fait connaissance avec une R5 qui a grillé un stop. Je m’en suis sorti à peu près correctement grâce à une vitesse relativement lente, un équipement adéquat et des cylindres qui m’ont protégé les jambes (bravo le Flat!).

Etant parfaitement conscient j’ai pu constater le très haut niveau d’expérience (prise en charge, dégagement, support moral, médecin, attention à mon encontre etc.) des divers intervenants du Corps des Sapeurs Pompiers de Dannemarie.

L’équipement

Le casque

Les différents types de casques disponibles sont les jets, les intégraux et les modulables. Un intégral protégera mieux qu’un modulable qui sera lui-même meilleur qu’un jet. Lorsqu’il fait très chaud il est parfois difficile de supporter un intégral et le jet lui sera préférable.

Le casque est obligatoire et cela est une bonne chose. Mais un casque non sanglé ne protège pas: dans une chute la force centrifuge éjecte le casque avant que la tête ne touche le sol avec comme conséquences les dégâts que l’on imagine.
J’ai un casque modulable qui protège très bien et peut être facilement enlevé ce qui est un plus après un accident (vécu) et je le préfère aussi à l’intégral car il offre un peu plus d’aisance évitant de l’enlever dans certains cas, de plus il permet de s’aérer lors d’arrêts courts.

Voilà une histoire de bruit gênant dans un casque que j’ai équipé pour la téléphonie:

Essais faits dans la semaine du 28 au 24 septembre 2006.
Le son dans le casque est chez moi d’actualité. Je voudrais entendre les informations du GPS, du téléphone et de la radio.
J’ai donc équipé le Nolan N101 d’un kit de conversation Albrecht Rider. L’ensemble GPS + téléphone + kit fonctionne parfaitement é des allures réduites -très bien en ville- mais est impossible à cause du bruit ambiant dans le casque à vitesse au dessus d’environ 70km/h.
Je ne parle pas du danger qu’il y a de téléphoner en roulant, accentué ici du fait de l’instabilité de la moto…
Il s’agit en fait de décrire ce que j’ai ressenti le long de ces essais.
Je me plains depuis longtemps du bruit dans ce casque (Nolan N101) mais on s’y habitue, ce bruit étant par ailleurs généré par des turbulences provenant entre autres de retour de vent de mes épaules.
En voulant écouter de la musique et plus encore discuter avec un interlocuteur il est nécessaire de tendre l’oreille -ici c’est en monophonie du coté gauche- ce qui est tout é fait naturel et automatique.
Voilé donc quelques semaines que j’utilise ce système sans en être satisfait.

J’ai décidé de changer de casque modulaire et choisi parmi les plus silencieux -dans les tests-. Le BMW System 5 est en balance avec le Schuberth C2 pour ce qui concerne le bruit. Mais c’est l’ergonomie du BMW qui lui a permis de se trouver sur ma tête.
Le confort est très bon si je n’avais eu é déplorer au début une légère gêne par la pression exercée sur les joues. C’est passé.
La ventilation est excellente et la place réservée pour les oreilles est phénoménale puis qu’elles ne touchent pas le casque. A cette place viendront se loger les écouteurs du module Bluetooth WCS-1.
Il faut néanmoins bien écarter les joues du casque pour l’enfiler car il est relativement étroit é ce niveau. Mais c’est justement cela qui permet une bonne insonorisation.
Le petit reproche que je lui fait est l’ouverture minimum de la visière soit le premier cran déjà trop ouvert.
Le poids est un inconvénient puisqu’il pèse plusieurs centaines de grammes de plus qu’un intégral. Il serait indécent ici de parler de prix…

Au niveau bruit le changement fut brusque et radical! Bien que les courants d’air soient toujours lé l’isolation phonique est extraordinaire. Au point que j’ai remarqué après une longue virée que mes oreilles ne sifflaient plus.
Etonné, j’ai vérifié ce fait et fait un tour avec le N101: après moins de 100KM j’ai un léger sifflement aigu et constant (acouphènes) apparemment situé au centre.
Je confirme qu’aujourd’hui après 300KM et le System-5 je n’ai pas de bruit du tout. Je n’ai eu que les oreilles bouchées par la super virée dans les montagnes :-)). Quel régal!

Aurais-je du me méfier du casque trop bruyant? Assurément.
L’erreur étant corrigée je m’en vais continuer dans ma lancée. La semaine prochaine: installation du module WCS-1.

J’y ai appris que le casque peut avoir des effets pervers dont il faut tenir compte.

Les bottes

Les bottes doivent être suffisamment rigides pour protéger le pied et néanmoins relativement souples pour permettre les mouvements sans gênes. La protection des malléoles est indispensable. La tige doit être suffisamment haute pour protéger le tibias et permettre au pantalon de bien recouvrir la botte en cas de pluie.

Les gants

Le cuir est très confortable mais n’est pas étanche sauf traitement spécial et si possible doublé par une membrane spécialisée. Le confort dépend évidemment de la finition intérieure et selon le tissu utilisé la température devient plus agréable mais peux gêner en été car elle deviendra collante.
En cas de pluie la veste en tissus doit recouvrir les gants. En effet, la membrane étanche des manches laissera couler l’eau le long des bras. Si les gants sont par dessus les manches l’eau coulera é l’intérieur des gants, il faut donc des gants é manchettes étroites pour arriver é mettre la veste par dessus.

Les vêtements

Le choix pour les vêtements du motard est grand et varie selon la qualité, l’usage et le prix. Le cuir est historiquement le premier choix du motard mais les tissu ont largement dépassés les offres du cuir et permettent de cibler plus précisément l’usage demandé.
A moins de rajouter une combinaison spéciale seul le tissu peut protéger sous la pluie. Les tissus hauts de gamme deviennent accessibles et permettent de rouler toute l’année dans des vêtements très confortables, étanches et sécurisants.

La moto

Le bon entretien de la moto est primordial pour assurer une conduite sûre. On veillera é contrôler fréquemment les pneus, freins, suspensions et fuites d’huile possibles afin de partir confiant. Une bombe anti-crevaison ou un kit anti-crevaison évitera de rester bloqué par un plat.

La conduite

La circulation devient toujours plus difficile: plus de véhicule, les routes deviennent plus étroites, les règles se durcissent, les conducteurs ne se respectent plus. Il faut s’adapter é ces changements mais il faut aussi admettre que rien n’est fait pour simplifier la vie du motard et du deux-roues en général. Le pire étant la ville où l’on préfère bloquer tout le monde plutôt que de chercher à liquéfier la circulation.

Je me suis fixé quelques règles que je respecte toujours depuis que j’ai mes permis: je ne coupe jamais un virage, je tiens ma droite, je m’arrête à tous les stops et feux rouges, je respecte les priorités, je ne dépasse pas sans visibilité, j’adapte la vitesse à la situation et je me méfie des autres. Ces règles m’empêchent de rouler trop vite lorsque cela ne va pas tout en me laissant une bonne marge de manœuvre. Le plus important et peut-être le plus difficile est l’anticipation.
Il ne faut jamais oublier que l’erreur est humaine.